Skip links

Le Québec veut davantage de travailleurs étrangers en construction et lance des formations accélérées

Le Québec se mobilise pour renforcer son secteur de la construction, avec une annonce majeure faite aujourd’hui par François Legault, premier ministre de la province.

Cette initiative vise à former entre 4000 et 5000 travailleurs d’ici l’été, ciblant spécifiquement cinq métiers clés dans l’industrie de la construction : charpentier-menuisier, opérateur de pelles, opérateur d’équipement lourd, ferblantier, et frigoriste. Pour encourager la participation à ces formations, des mesures incitatives notables sont mises en place, notamment un salaire moyen de 25$ l’heure pour les cours accélérés et une rémunération de 750$ par semaine pendant la durée des études.

En outre, l’augmentation de la capacité d’accueil dans les DEP en électricité et en plomberie et chauffage est prévue pour répondre à la demande croissante.

Également, Jean Boulet, ministre québécois du travail et ancien ministre de l’immigration, soutient cette initiative, en soulignant la nécessité d’augmenter le nombre de travailleurs étrangers temporaires dans le secteur de la construction. Il a fait cette déclaration au Journal de Montréal lors du congrès de l’Association des professionnels de la construction et de l’habitation du Québec (APCHQ). Il insiste sur l’importance de valoriser leurs compétences et expériences, et de reconnaître leurs qualifications de manière juste et équitable. M. Boulet met également en avant la diversité de la main-d’œuvre, incluant les femmes, les jeunes, les personnes handicapées, les membres des Premières Nations, les minorités visibles et les travailleurs issus de l’immigration.

Le gouvernement fédéral a récemment prolongé des mesures permettant jusqu’à 30% de travailleurs étrangers dans ce secteur, une réponse à l’urgence de la pénurie de main-d’œuvre, malgré le fait que le Québec n’enregistre que moins de 1,2% des demandes pour ces travailleurs. Guillaume Houle de l’Association de la construction du Québec (ACQ) met en lumière le déficit imminent de 10 000 à 15 000 travailleurs. Pierre Boivin, président des Constructions Boivin, pointe également les défis bureaucratiques et les délais d’embauche de ces travailleurs.

Pour sa part, Randy Boissonnault, ministre canadien de l’emploi, affirme que le programme vise à soutenir la croissance des salaires. Les secteurs éligibles à la main-d’œuvre étrangère incluent, outre la construction, la fabrication de produits alimentaires, de bois, de meubles, ainsi que les services d’hébergement, de restauration, et les soins infirmiers.

Source : Journal de Montreal – La presse

Leave a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. Diplômé en BTS comptabilité et gestion

  2. Post comment

    Souleymane Moustapha Édouard Edvin says:

    Je suis intéressé par cette annonce